Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 Sep

monstres et anomalies

Publié par Raphaële Bruyère

Images-3-2266.JPG

 

On écrit de Laval qu'une jeune femme fermière a mis au monde un enfant. Il n'y a là rien d'extraordinaire. De tels accidents arrivent à des dames fort savantes et très bien.

Mais cet enfant avait deux têtes.

Mais cet enfant avait trois bras.

Mais cet enfant avait quatre jambes.

Il était donc compleet, très complet, archi-complet.

Mais, ô douleur et étrangeté ! cet enfant n'avait qu'un tronc. C'était en réalité deux jumeaux greffés sur le même buste.

Cet enfant était donc un monstre.

Il vécut quelques instants ; puis, comme il se faisait sans doute peur à lui-même, il mourut.

Ne valut-il pas mieux ?

Car, tel qu'il était, s'il avait vécu, il eut été le sujet à recettes d'un Barnum, montreur de phénomènes. Il eut donc été exploité. Comme il avait deux têtes pour comprendre, il eut souffert pour deux.

S'il avait été prolétaire, c'eut été bien pis. Figurez-vous que sa mère l'ait placé comme comptable et, qu'en un moment d'énervement, son patron lui ait dit :

- Comment ! Vous avez oublié de passer cela au comble débiteur ?

Le malheureux n'eut pas pu répondre dignement à son "singe" :

"Monsieur, je n'ai pas deux têtes."

Si, ouvrier boulanger pétrissant à bras, son patron insatiable se fut permis de lui faire remarquer qu'il n'en fichait pas une "secousse", il n'eut pas pu le rembarrer en lui disant :

"M'sieur, j'n'ai pas trois bras."

Si, enfin, il eut été facteur ou garçon de courses et que son chef de service lui ait faite une remontrance sur le peu de rapidité qu'il apportait dans l'accomplissement de sa tâche, il n'eut pas pu le mettre à sa place en lui disant :

"Après tout, j'n'ai pas quatre jambes !"

Dans l'exercice de chaque métier il eut donc été embarrassé. Le malheureux était tout au plus constitué pour faire un excellent malfaiteur. Avec ses trois bras, il eut pratiqué étonnamment le vol à la tire les jours de foire, car avec sa tête de devant, il aurait exploré les poches pendant que sa tête de derrière aurait fait le guet ; puis, si malgré tout il avait été surpris et obligé de s'enfuir, la police, qui vient toujours trop tard, n'aurait pu que le suivre à la piste, surtout un jour de neige. Alors, on aurait ri de monsieur Flic qui, se penchant sur le sol pour reconnaître la direction prise par le phénomène, aurait vu les deux pieds de devant tournés dans la direction avant et les deux autres dans la direction arrière. Et il ne faut jamais rire de l'Autorité.

Mais, des malfaiteurs, il y en a trop, aussi bien dans les très hautes sphères que dans les basses.

C'est pourquoi le petit monstre à deux têtes, trois bras et à quatre pattes a bien fait de mourir.

Cela prouve que si le Dieu d'élégance, de bonté et de beauté crée trop souvent des monstres, il a quelquefois l'occasion de les rater. Et vraiment ce n'est pas dommage.

 

 

Camille

Le Droit du peuple, samedi 22 octobre 1921.

Commenter cet article

Archives

À propos